7 mars 2019

Pourquoi Nina Simone ?

« Une vraie rebelle avec une cause », voilà comment se définit un jour Nina Simone. Pour ses admirateurs, Nina c’est cela, mais c’est aussi une voix, un jeu de Piano à la lisière des mondes, du jazz, du blues, du Bach, bref « de la musique classique noire », comme elle l’a elle-même affirmé. Alors, pour Wiennen Silveira et ses acolytes, le défi est de taille : interpréter – de manière originale mais sans perdre l’esprit originel – la musique et les paroles d’une artiste unique, et même plus… de tout un symbole.

Née dans le Sud raciste des Etats-Unis en 1933, Nina Simone apprend le piano dès son plus jeune âge mais son rêve de devenir une grande musicienne classique s’effondre à l’âge adulte, face aux préjugés de son époque qui lui bloquent cette voie réservée aux Blancs. Pour gagner sa vie, elle joue et chante durant un temps dans les bars de Philadelphie puis elle rencontre le succès grâce à son tube I loves you Porgy. Dans les années 60, elle met sa musique au service de la lutte pour les Droits Civiques, aux côtés de Malcolm X et Martin Luther King, jusqu’à devenir l’une des figures majeures du mouvement. C’est donc à la fois en tant que musicienne d’excellence et personnalité radicale que Nina Simone inspire encore aujourd’hui  des musiciens et artistes de toutes les générations.

Géographiquement et culturellement, Wiennen est aux antipodes de Nina. Née en Inde, elle émigre dans les années 80 avec sa famille au Qatar, où elle grandit dans un contexte de forte discrimination  vis-à-vis des familles de travailleurs étrangers. C’est là qu’elle apprend le piano et qu’elle intègre ensuite la chorale de sa paroisse. Plus tard, durant ses études en Inde, elle découvre les musiques blues, jazz et rock américaines, notamment Nina Simone et Etta James, qui vont l’influencer durablement. Ses études achevées, Wiennen prend la difficile décision de fuir la pression de sa famille qui la destinait à un mariage arrangé. Elle part donc pour Hyderabad, dans le centre de l’Inde, où elle commence à chanter et jouer de la guitare dans les bars de la ville, en dépit des attentes de son milieu d’origine et malgré les difficultés que ce choix de vie implique pour une jeune femme indienne. Quelques années plus tard, Wiennen change de vie une nouvelle fois en allant s’installer avec son compagnon dans le Sud de la France, région où elle forme en 2012 le Trio de Soul/Rock WAT. En 2018, elle décide, avec les musiciens de Jazz Tom Buzit, Nathanaël Buis, Jean-Marc Bourel et Pascal Freslon, de lancer un nouveau projet autour des chansons de Nina Simone.

Curieusement mais de façon pas si étonnante finalement, la native de Goa a été envoutée par la grande voix féminine de l’émancipation des Noirs Américains et c’est cette même musique qu’elle interprète, de sa propre voix puissante et chaude, accompagnée de quatre musiciens de talent. Dans le répertoire choisi, une large place est faite aux chansons évoquant l’aspiration à la liberté, The Voice of Freedom.